Tribune du mois de mai

Vous avez jusqu’au 17 juin pour vous exprimer dans le cadre de l’enquête publique sur le PLU. La municipalité prévoit de démolir l’immeuble du 1-3 rue de Montpellier.

Enquête publique sur le PLU : exprimez-vous avant le 17 juin !

Comme prévu par la loi, le nouveau Plan Local d’Urbanisme fait actuellement l’objet d’une enquête publique. C’est l’occasion pour chaque Massicois de dire ce qu’il pense des constructions massives, des problèmes de stationnement et de circulation qui y sont liés, du manque de cohérence des voies de circulation douce, du manque de parkings à vélo, de l’absence d’un vrai plan de déplacement… Malheureusement, les choix de la municipalité ne prennent pas toujours en compte les besoins quotidiens des habitants: commerces, écoles, Poste, garde d’enfants, etc. L’exemple du projet de Vilgénis qui prévoit la construction de 1000 nouveaux logements reflète également la tentation de négliger les espaces verts si précieux à Massy. Avant le 17 juin, exprimez-vous sur le registre d’enquête publique au 3è étage de la Mairie !

Démolition de l’immeuble 1-3 rue de Montpellier : vigilance !

La municipalité a décidé de détruire un immeuble dans lequel vivent 98 familles à Massy-Opéra pour reconstruire à la place un autre immeuble en accession à la propriété. Malgré le travail avec le bailleur sur une Charte de relogement des locataires actuels, nous n’avons aucune assurance que chacun puisse trouver le logement qui correspond à ses besoins et aux conditions dont il bénéficie actuellement. Le fait que l’Opievoy soit en cours de démantèlement accentue d’ailleurs notre inquiétude. Au dernier Conseil municipal, nous avons demandé que la Ville se porte garante devant chaque locataire, mais le maire a refusé. Les 2 amicales de locataires n’ont, à ce stade, pas souhaité signer cette charte considérant sûrement, comme nous, qu’elle n’est pas assez protectrice. Nous restons vigilants !

Donnez votre avis sur la création de la Ligne 18 du Grand Paris Express

En 2024, la ligne 18 du métro Grand Paris Express reliera l’aéroport d’Orly à Versailles Chantiers en passant par Paris-Saclay et Saint-Quentin-en-Yvelines.

En 2024, la ligne 18 du métro Grand Paris Express reliera l’aéroport d’Orly à Versailles Chantiers en passant par Paris-Saclay et Saint-Quentin-en-Yvelines. Grâce à la mobilisation de tous au STIF, en particulier de Jérôme Guedj, comme président du Conseil départemental et de Hella Kribi-Romdhane, comme conseillère régionale, Massy sera alors dotée de deux arrêts, l’un dans le quartier Massy-Opéra, l’autre au cœur du pôle des gares dans le quartier Atlantis/Vilmorin.

Ce nouveau métro reliera Massy à Orly en 6 minutes : un changement notable pour les Massicois-es ! Néanmoins, le débat est ouvert sur l’intérêt du tronçon Massy – Versailles (via le Plateau de Saclay). En effet, certaines études indiquent que cette partie ne répondrait pas forcément à un besoin et par ailleurs, des riverains sont mobilisés pour la préservation des terres agricoles dans ce secteur dont le métro serait aérien. Des alternatives (métro léger par exemple) pourraient être présentées pour cette partie. Nous souhaitons que chacun puisse prendre part à ce débat. La majorité municipale abuse ! Ils utilisent les moyens de communication de la ville pour appeler à dire « Oui » à la ligne 18 dans le cadre de l’enquête publique en cours. Mais ce sont tous les citoyens, qu’ils répondent « Oui » ou « Non », ils peuvent se prononcer pour défendre leur point de vue dans cette enquête publique. Au Nouveau Souffle pour Massy, nous respectons cette pluralité d’avis (la preuve, au sein de notre groupe nous avons des avis partagés). C’est la force de la démocratie.

Pour donner votre avis, nous vous invitons à participer à l’enquête publique qui est en cours sur le site suivant : http://www.enquetepubliqueligne18.fr. L’enquête publique est ouverte jusqu’au 26 avril 2016.

Un RAM à Massy : une victoire du Nouveau Souffle !

Lors du Conseil municipal du 31 mars 2016, les élu-e-s ont voté à l’unanimité la création d’un relais assistantes maternelles (RAM). C’était l’une de nos propositions pour notre projet 2014-2020. Nous nous réjouissons que celle-ci ait enfin été entendue par le Sénateur-Maire. 

Lors du Conseil municipal du 31 mars 2016, les élu-e-s ont voté à l’unanimité la création d’un relais assistantes maternelles (RAM). C’est un lieu d’information, de rencontre et d’échange au service des parents, des assistantes maternelles et des professionnels de la petite enfance.

Le Sénateur-Maire de Massy et sa majorité ont toujours refusé la création d’une telle structure à Massy alors qu’à de nombreuses reprises, nous avions présenté l’intérêt qu’elle pouvait représenter pour les assistantes maternelles comme pour les parents de jeunes enfants.

Lors des échanges que nous avons pu avoir avec les assistantes maternelles ces dernières années, à chaque fois, la création d’un RAM était évoquée comme un réel besoin. Depuis 2001, les candidats de la gauche et des écologistes proposaient lors des élections municipales de créer un Relais pour les Assistantes Maternelles. Nous l’avions également proposé dans notre projet 2014-2020. Nous nous réjouissons que celle-ci ait enfin été entendue par le Sénateur-Maire.

Les associations victimes du plan d’économies du Sénateur-Maire

Comme nous, vous avez remarqué que les traditionnels vœux du Sénateur-Maire aux Massicois ont été remplacés par une vidéo disponible sur le site internet de la Ville. Une économie de petits fours et de champagne, c’est une décision qui se respecte. Mais les associations sont également mises à contribution.

Comme nous, vous avez remarqué que les traditionnels vœux du Sénateur-Maire aux Massicois ont été remplacés par une vidéo disponible sur le site internet de la Ville. Une économie de petits fours et de champagne, c’est une décision qui se respecte. Mais les associations sont également mises à contribution. Lors du Conseil municipal du 28 janvier dernier, il a été annoncé que les associations subiraient une baisse de leur subvention de 3%. On aurait dû nous préciser que cette règle ne serait pas applicable à toutes les associations, et que pour certaines, c’est même la tendance inverse !

Le Sénateur-Maire a fait des choix. La Mission Locale de Massy (VitaCité) en a été victime ! Elle a notamment la responsabilité de l’insertion professionnelle des jeunes. En cette période où le chômage des jeunes est très élevé, avec beaucoup d’entre eux sortis du système scolaire sans qualification, la mise en place de dispositifs d’insertion efficaces est une priorité qui nécessite des moyens. Si on ajoute la baisse de 1 euro par élève de la subvention de fonctionnement aux écoles, la jeunesse n’est décidément pas la priorité de la Ville !

Vilgénis, un autre projet est possible !

Lors de plusieurs conseils municipaux, nous avons rappelé que nous demandions le gel du projet de construction de 1 000 logements dans le quartier de Vilgénis. Nous avons d’ailleurs constaté que la concertation avait été limitée.

Lors de plusieurs conseils municipaux, nous avons rappelé que nous demandions le gel du projet de construction de 1 000 logements dans le quartier de Vilgénis. Nous avons d’ailleurs constaté que la concertation avait été limitée. À Massy, les réunions publiques sont des temps d’information et pas des temps de participation des citoyens à la construcion des projets locaux. Les échanges y sont réduits, ils s’organisent par morceau de quartier et ne permettent pas une vision globale des problématiques d’aménagement de la ville. Chaque Massicois est invité à s’occuper de son petit morceau de trottoir sans vision de la ville dans son ensemble. Les riverains qui ne sont pas vraiment impliqués dans ces projets se sentent légitimement floués.

Nous constatons aussi que le timing de construction ne tient pas compte du calendrier de mise en place des transports. Les derniers logements seront livrés alors que la gare de tram-train du Pileu ne sera pas sortie de terre. Son financement n’est, d’ailleurs, toujours pas certain. En attendant, aucune alternative n’est proposée (le quartier voisin du Pileu reste sans bus le dimanche après-midi après plus de vingt ans).

Ce qui est présenté comme un écoquartier, s’il inclut quelques durcissement des règles de construction, fait encore la part belle à la circulation automobile avec une route traversante. Il ne prend pas en compte les spécificités du terrain, notamment la présence importante de l’eau et n’innove pas en termes de construction conseillée.

La revégétalisation d’une partie du site et la protection des bois existants, demandée par un collectif d’habitants, est une bonne chose. Néanmoins, les plans présentés laissent entrevoir une privatisation d’une partie de ces espaces verts. L’accès aux espaces naturels est fondé sur une ouverture au public de cet espace, ce qui aura un impact sur la faune et la flore. Il semblerait plus logique d’ouvrir les espaces aux abords des immeubles comme cela est fait par exemple dans la résidence « castors » au petit Massy et de réserver l’espace naturel à la protection de biodiversité.

Le projet se dessine comme un quartier avec des logements « de standing » très peu accessibles aux Massicois. Pourtant la demande de logements à Massy existe. Ce sont près de 2 000 familles Massicoises qui sont en attente d’un logement et qui ne verront, malheureusement, pas leur demande satisfaite dans ce projet…

Laissons respirer notre ville !

Lors du Conseil municipal du 28 janvier dernier, le Sénateur-Maire de Massy a présenté le projet du nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU). Le PLU est le document de planification de l’urbanisme au niveau communal ; il traduit les objectifs et projets de la ville en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans.

Lors du Conseil municipal du 28 janvier dernier, le Sénateur-Maire de Massy a présenté le projet du nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Le PLU est le document de planification de l’urbanisme au niveau communal ; il traduit les objectifs et projets de la ville en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans.

Nous attendions que ce projet prenne en considération les problèmes quotidiens des Massicois : manque de logements à prix accessibles, pollution urbaine, gestion des déchets, difficultés de circulation, absence de services publics et de commerces de proximité… et qu’il propose des alternatives innovantes, qu’il s’inspire d’expériences qui portent leurs fruits dans les pays voisins ou dans des villes françaises. Il est proposé sans mise en perspective et sans intégration avec les projets prévus par les villes voisines.

Si des efforts ont été faits sur les normes environnementales de construction, prime est toujours donnée au transport automobile qui détériore notre cadre de vie. Les circulations douces ne sont que la portion congrue dans ce projet.

La priorité est donnée aux grandes surfaces commerciales, véritable frein au développement du commerce de proximité, et qui génèrent de la circulation automobile et imperméabilise les sols.

Ce PLU ouvre la totalité du territoire de la ville aux possibilités d’urbanisation et d’aménagement. Massy possède une réserve foncière dont il serait possible d’en conserver une partie pour que les générations futures puissent réaliser des projets en adéquation avec les évolutions à venir de la société et des besoins de la populations : écoles, maisons de retraite, équipements publics, etc.

Le développement de nouveaux quartiers ne doit pas laisser de côté les besoins de rénovation des logements existants, des infrastructures routières, du chauffage urbain… Nous demandons une pause dans les constructions d’immeubles afin de faire un état des lieux des équipements manquants et d’évaluer les résultats des programmes déjà en cours.

A une période où les ressources financières se font rares, le coût des équipements nécessaires au vu de l’accroissement de la population n’est pas précisé dans le nouveau projet de PLU. Nous savons que la taxe d’habitation ne couvrira pas ces dépenses. Cela signifie-t-il que la majorité municipale ferait subir une énième augmentation d’impôts aux Massicois (après la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères, après l’augmentation de la part intercommunale de la taxe d’habitation et après l’augmentation de 29% de la part départementale de la taxe foncière en 2016 ).

Ce projet de PLU a été adopté par la majorité municipale malgré l’opposition des élu-e-s du Nouveau Souffle pour Massy. Une enquête publique aura lieu du mardi 17 mai 2016 au vendredi 17 juin 2016 inclus. Nous vous invitons à donner votre avis en Mairie avant l’adoption définitive du PLU à la rentrée de septembre 2016.

Urbanisme : pour les Massicois, pas pour les promoteurs !

Pour ne pas mourir, une ville doit évoluer, anticiper les besoins futurs, les évolutions de la société. Mais celles-ci doivent être maîtrisées par l’action publique pour ne pas échapper à ses habitants.

Urbanisme : pour les Massicois, pas pour les promoteurs !

Pour ne pas mourir, une ville doit évoluer, anticiper les besoins futurs, les évolutions de la société. Mais celles-ci doivent être maîtrisées par l’action publique pour ne pas échapper à ses habitants. Laisser le marché et les promoteurs imposer leur logique, c’est à coup sûr tourner le dos à nos légitimes exigences de qualité de vie, de développement solidaire et durable. C’est à coup sûr une ville qui exclut progressivement les plus fragiles…

N’est-ce pas déjà ce qui se passe à Massy ? Des quartiers ont poussé comme des champignons, la ville a connu une croissance démographique rapide, mais les équipements et les services publics n’ont pas suivi : écoles saturées, équipements sportifs et culturels insuffisants, circulation de plus en plus difficile… Ailleurs, des logements sociaux sont promis à la démolition, le stationnement payant se généralise, des espaces naturels sont menacés… Les quartiers excentrés souffrent d’isolement et de manque d’investissements publics.

Les Massicois sont inquiets. Ils doivent retrouver la maîtrise de leur ville. Ce devrait être la fonction d’un Plan local d’urbanisme (PLU) permettant les évolutions nécessaires en matière de logements diversifiés (notamment pour répondre aux besoins des jeunes et des familles modestes), de commerces de proximité, d’activités et d’emplois, de transports, de circulations douces, d’équipements et de services publics, tout en protégeant notre qualité de vie et notre environnement. Mais dans le PLU proposé par le Maire et sa majorité, la priorité reste au bétonnage de la moindre parcelle de terrain disponible, à l’extension des zones commerciales, au logement de luxe. Ce PLU n’est pas acceptable. Les Massicois doivent profiter de l’enquête publique qui se tiendra en mai prochain pour exiger qu’il soit totalement retravaillé.

Une pause est nécessaire en matière de densification. Elle doit permettre :

  • d’établir un véritable état des lieux des équipements manquants ou saturés,
  • d’évaluer les résultats des programmes en cours,
  • de lancer un programme de rénovation des logements et équipements publics existants, mais aussi des infrastructures routières, du chauffage urbain…,
  • aux nouveaux et anciens habitants de prendre leurs marques.

Tout cela doit se faire en associant étroitement les habitants de tous les quartiers. Nous demandons qu’un collectif d’habitants volontaires et d’élus soit créé rapidement afin que le PLU soit l’œuvre des Massicois.

Les élus NSPM : Hella Kribi-Romdhane, Serge Moronvalle, Anne Guenault, Olivier Roverc’h

L’élue PCF/FDG : Colette Jan

L’élue FDG – Massy, Place au peuple : Josiane Laurent-Prevost

Département : une augmentation de 29 % de la taxe foncière, des économies drastiques sur les dépenses sociales et éducatives !

Le 25 janvier dernier, la majorité LR-UDI a adopté un budget qui prévoit une augmentation de la taxe foncière de 29 % (jusqu’à 400€ par an par foyer) ainsi que des économies au détriment des services publics, des personnels et des prestations versées aux familles et aux plus fragiles

Le 25 janvier dernier, la majorité LR-UDI a adopté un budget qui prévoit une augmentation de la taxe foncière de 29 % (jusqu’à 400€ par an par foyer) ainsi que des économies au détriment des services publics, des personnels et des prestations versées aux familles et aux plus fragiles. Ainsi, la facture des Massicois-es pourrait atteindre jusqu’à 831€ par an.

Ce sont 35 millions d’euros d’économies que vont subir les Essonnien-nes dont une baisse de 30 % des crédits pédagogiques aux collèges, la suppression de la carte jeune, la suppression de la prise en charge de la carte Imagin’R pour les lycéens, de la gratuité de la restauration scolaire dans les collèges pour les familles aux plus faibles revenus, tout en augmentant le prix du repas ! L’éducation n’est pas une priorité de la droite essonnienne.

Cette nouvelle majorité LR-UDI dont le Sénateur-Maire de Massy est l’un des fidèles soutiens remet en cause de nombreux projets comme celui de la rénovation des collèges de Massy.

Nous dénonçons ces nouveaux choix justifiés par une prétendue « faillite » du Département. Ce sont en grande majorité des suppressions de dépenses sociales et éducatives, souvent destinées aux plus fragiles: le cœur de compétence du Département !

Un dossier complet a été réalisé par le Groupe « Rassemblement de la Gauche et des écologistes » au Conseil départemental de l’Essonne. Il est consultable sur ce lien : cliquez-ici.

Les parkings payants gérés par des sociétés privées se généralisent à Massy !

Le Sénateur-Maire de Massy vient de faire adopter la mise en place de parkings payants dans les quartiers Atlantis, Opéra et Vilmorin. C’est la société Effia qui bénéficie de cette délégation de service public.

Le Sénateur-Maire de Massy vient de faire adopter la mise en place de parkings payants dans les quartiers Atlantis, Opéra et Vilmorin. C’est la société Effia qui bénéficie de cette délégation de service public.

La mise en place de parkings payants se fait sans aucune proposition alternative à la voiture : piste cyclable, gare à vélos, bus,…
Une délégation de service public qui va engager la Ville pour une durée de vingt ans. D’autres solutions plus raisonnables étaient envisageables. En effet, la Ville pouvait mettre en place une régie municipale afin de fixer elle même les temps de stationnement, les autorisations pour les riverains, les commerces… Bref, une solution qui permette collectivement aux Massicois de s’entendre sur un compromis acceptable.

Résultat, le stationnement sera gratuit pendant 15 minutes seulement ! Concrètement à Massy-Opéra, il faudra donc payer le stationnement pour pouvoir aller à CinéMassy, à l’Opéra ou encore profiter des commerces. Les commerçants et gestionnaires de ces espaces doivent se poser bien des questions…

Nous avons demandé que ce temps soit augmenté, que le parking soit remboursé, par exemple, pour l’achat d’une place au CinéMassy. Malheureusement, la vie quotidienne n’est pas une priorité des entreprises comme Effia et ne semble pas soucier la majorité municipale. L’objectif assumé semble bel et bien d’augmenter la rentabilité des places de stationnement. Le Sénateur-Maire poursuit son entreprise de destruction de la vie de quartier…

Transport scolaire : une petite économie contre la sécurité des enfants !

C’était une bien mauvaise surprise pour les parents d’élèves de Massy : le Sénateur-Maire avait fait le choix de supprimer les accompagnateurs dans les transports scolaires pour les enfants scolarisés en élémentaire depuis cette rentrée.

C’était une bien mauvaise surprise pour les parents d’élèves de Massy : le Sénateur-Maire avait fait le choix de supprimer les accompagnateurs dans les transports scolaires pour les enfants scolarisés en élémentaire depuis cette rentrée.

Alors que les accompagnateurs étaient présents depuis de nombreuses années dans les transports scolaires, pour des raisons budgétaires, le Sénateur-Maire voulait supprimer un service de plus aux Massicois !

Cette décision permettait à la ville d’économiser… 40 000 euros. Etait-ce vraiment nécessaire pour une économie aussi basse à l’échelle d’un budget municipal ? Par ailleurs, il s’agissait d’une décision grave et inopportune qui aurait nuit à la sécurité des enfants seuls avec le chauffeur.

Alertés par des parents d’élèves, vos élus du Nouveau Souffle Pour Massy ont interpelé le Sénateur-Maire lors du Conseil municipal. La majorité a fait marche arrière et est revenue sur cette décision. La sécurité des enfants ne peut être une variable d’ajustement budgétaire !